Cette histoire retentissante qui donne des sueurs froides à tous les directeurs de la communication a dû bien aider la start-up française Block Expert lorsqu’elle est venue démarcher Orange pour devenir le premier membre du consortium Safe.press. Son idée est simple : permettre aux producteurs de contenus - et en premier lieu les services de communication des grandes sociétés - de déposer leurs communiqués dans la blockchain afin de certifier que le contenu émane bien d’eux. La blockchain est un registre distribué sur lequel on peut stocker l’empreinte numérique d’un document. Une fois cette opération réalisée, la trace laissée dans la blockchain est immuable et visible par tout le monde. C’est très pratique, notamment, pour émettre un certificat d’authenticité numérique.

Pour les journalistes et plus globalement ceux qui souhaitent vérifier qu’un contenu est authentique, un bouton vert “Safe.press” apparaît sur l’article.